Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

I'm flying toward the moon

Page principale - Ecrire un article

Dimanche (28/08/05)

Trahison involontaire

Elle est seule dans la vaste pièce, allongée par terre, étendue au milieu de son sang. Une flaque d'un rouge intense s'étend sur le carrelage, elle a si froid, elle a si peur. Peur de ne plus le revoir, lui, qu'elle aime, peur de mourir ainsi loin de lui, loin de ses caresses, loin de son coeur. Son meurtrier est parti il y a plusieurs minutes, la laissant pour morte, se délectant de la savoir souffrir encore à l'heure qu'il est.

La jeune femme ne comprend pas, qui est cet homme qui a fait ça, pourquoi ?Elle n'a pas pu le voir, ni même entendre sa voix, rien que le contact dur et froid du métal dans son dos, déchirant sa peau et pénétrant sa chair. Ses membres commencent à s'engourdir, une image danse devant ses yeux, celle de son petit ami la regardant en souriant, le regard empli de tendresse. Mais tout devient trouble, elle perd peu à peu cette douce vision, la crainte de mourir enserre son coeur, elle ne veut pas partir sans lui dire au revoir, elle ne veut pas s'en aller sans personne pour la rassurer.

Dans un ultime effort, elle se redresse, le carelage n'est plus aussi gelé, il s'est nourri de la chaleur de son corps se vidant de ses forces. Tremblant, elle trempe son doigt dans son sang, et écrit avec peine le nom de celui qu'elle aime. Il est comme un ange gardien qui surveille ses derniers instants, il éloigne les démons prêts à bondir sur elle. Ce sort qu'elle a dessiné de sa main chancelante, qui s'étend sur le sol en grande lettres rouge, la protège et lui fait oublier sa solitude, elle retrouve son calme, sa respiration n'est plus saccadée, appaisée, elle sourit et ferme les yeux. 

On la retrouve morte quelques heures plus tard, il n y a plus rien à faire. Aucune trace d'empreinte sur le mobilier ou sur la victime, aucun indice. Mais l'inspecteur voit l'inscription sanglante, il réfléchit et en déduit que c'est le nom du meurtrier que la victime a dénoncé alors qu'elle agonisait.

On arrête le jeune homme, il crie, se défend, nie ce crime dont on l'accuse. On ne le croit pas. Il est condamné.

Dans sa cellule, il tourne en rond, elle est morte, il n'a rien pu faire, pourquoi a-t-elle écrit son nom alors qu'elle mourrait ? Pourquoi les a-t-elle laissé l'accuser ? N'était-elle pas amoureuse ? Il se souvient de ses moments passés ensemble où elle riait et dansait pout l'amuser, où ses doigts carressaient ses hanches, se perdaient dans les courbes harmonieuses de son corps. Fou de chagrin et de tristesse devant ce qui lui semble être une trahison, il arrête de réfléchir, la douleur est trop forte, il se donne la mort. Un matin, le gardien le retrouve pendu, l'inspecteur exulte, à ses yeux, ce suicide est la preuve de sa culpabilité. 

Ecrit par parasitemort, à 11:56 dans la rubrique "Drame" - Mise à jour : Mercredi 7 Septembre 2005, 21:01.

Permalien ( 2 commentaires )

Dimanche (21/08/05)

Le mal a toujours gagné, que ce soit dans ce monde ou dans un autre...

cela faisait longtemps que je n'y avait rien mis...

Premier baiser, premier amour, premières caresses pour que le mal disparaisse, ils sont si forts, main dans la main, son regard embrasse la courbe de ses hanches, ses yeux brillent comme des étoiles, comblées de bonheur, ils ne se rendent pas compte de cette chance dont ils jouissent, ils repoussent ensemble charognards et ennemis, défendent cette flamme qui les brûle, ce feu, si doux qui les anime, qui semble immortel.

Mais un souffle de vent peut tout changer, celui qui attisait les cendres encore fumantes, malmène puis éteint le brasier.

Premiers coups, premiers cris, premières blessures, car le bien jamais ne perdure. Bêtes traquées ils se cachent, mais il y a toujours quelqu'un derrière eux à leur poursuite, le sang coule, les larmes ruissellent le long de ses joues qu'il embrassait. Les pleurs remplacent les rires joyeux qui résonnaient autrefois, un appel à l'aide se fait entendre, hurlement strident, désespéré, il accourt, et dans l'obscurité voit s'enfoncer une lame d'acier dans le coeur de celle qu'il aimait.

Premier amour, première mort, ironie du sort qui se moque des jeux de mots...

A genoux dans la neige, le sang est une tache rouge, les larmes un fleuve sans fin... Il a perdu, tout perdu, rien ne le reconstruira, c'était un homme, il est devenu néant.

Ecrit par parasitemort, à 16:42 dans la rubrique "Drame" - Mise à jour : Mardi 23 Août 2005, 16:31.

Permalien (aucun commentaire )

Vendredi (22/07/05)

Elle vit et meurt

Elle prend son élan,

 Saute,

 S'envole,

 Et brûle en mille poussières ...

Il n'y a personne pour la rattraper ou l'aider, personne qui l'aime ou qui tienne à elle, elle vit et meur, anonyme, le sourire aux lèvres, un seul mot : adieu ...

She's nothing, she's nothing, she loves the world, but the world forgot her...

Ecrit par parasitemort, à 18:17 dans la rubrique "Drame" - Mise à jour : Vendredi 25 Mai 2007, 20:22.

Permalien (aucun commentaire )

Vendredi (15/07/05)

Sous la pluie

Il y a un jeune homme, debout sous la pluie, qui attend. Il est au pied d’un immeuble gris, au beau milieu d’une rue anonyme en plein centre de Paris. Il attend. Les minutes passent, et malgré lui le doute s’immisce, va-t-elle venir ? Il le lui a demandé hier, elle est si belle, il sait qu’il ne la mérite pas, mais il se permet d’espérer, doucement, il rêve, il pense à la courbe fluide de ses hanches, à la fermeté de sa poitrine, à son regard malicieux et si envoûtant. Mais le temps continue de s’enfuir, elle ne vient pas, que fait-elle ? Aurait-elle oublié ? Il se tord les mains en tous sens, tremble d’impatience et de peur, il reste figé, observant la fenêtre sans lumière de l’appartement où elle habite. Il a sonné à l’interphone, mais personne ne répond, pourtant elle est là, il en est sûr, elle a promis. Une heure déjà s’est écoulée, mais il n’a pas bougé, de plus en plus paniqué, il scrute toujours avec la même ardeur au troisième étage. Soudain, la lumière s’allume, il se redresse et observe attentivement sans un bruit, retenant son souffle, comme si le moindre son la ferait disparaître de nouveau. Il n’y a plus personne dans la rue, il est déjà presque minuit, il est trempé, peu importe, elle va descendre.

Enfin, il l’aperçoit, toujours aussi lumineuse, elle sourit, avance d’un pas tranquille vers la porte de sortie, se retourne, et embrasse le bel homme situé à ses côtés, un long baiser empli de tendresse et de douceur. Dans les profondeurs de la nuit un cœur se brise, cela ne s’entend pas, cela ne se voit pas, mais cela fait mal, horriblement mal, il a l’impression que sa tête va exploser, qu’il va devenir fou, sa vue se brouille, les larmes coulent le long de ses joues, il pleure cet amour qu’il n’a jamais connu, qui le repousse et qui n’a que faire de lui, il la regarde, elle rit, se moque de lui, de sa faiblesse, de sa crédulité. Alors la colère s’empare de tout son être, il ne voit plus que le sourire mesquin de cette femme, la main de l’autre posée sur son épaule, il sort de sa poche ce petit revolver que lui a offert son père pour ces seize ans, il l’arme et sans réfléchir il appuie sur la détente. Les deux amants sont surpris en plein vol, ils tombent à terre ensemble, presque l’un sur l’autre. Lui, son visage est déformé par la stupeur, une balle l’a atteint au milieu du front, elle, toujours aussi belle, a été touchée à trois reprise, en pleine poitrine, l’incompréhension se lit dans ses yeux, elle n’a pas eu le temps de comprendre, elle ne l’a pas reconnu. Il range son arme, recommence à respirer doucement.

Il pleut toujours sur la triste ville de Paris, il y a toujours cet homme, debout, mais il n’attend plus, son cœur bat à toute vitesse, il a si mal, il souffre tant, il l’a tuée alors qu’il l’aimait, elle n’a pas voulu de lui, elle n’est pas venue, il n’a jamais pu s’approcher d’elle, et même là, dans la mort, elle reste si belle, si merveilleuse, alors que lui, il demeure là misérable, trempé jusqu’aux os. La douleur dans sa poitrine ne s’estompe pas, au contraire, elle l ‘assaille de plus en plus fort, le détruit, il entend sa voix rieuse et chantante, revoit ses yeux gris si profond dans lesquels il aurait adoré se perdre, il sent encore son odeur, enivrante, comme une caresse. La tête lui tourne, il regarde autour de lui, toujours pleurant, personne, il pourrait s’enfuir, faire comme si de rien n’était, mais elle n’est plus là, il l’a tuée…

Les minutes s’écoulent, implacablement, peu à peu il se calme, retrouve sa lucidité, et dans un dernier élan de courage, il lève son revolver une nouvelle fois, le place sur sa tempe, et tremblant, il tire et s’effondre. Tout a changé, pourtant, même s’il n’y a plus d’homme debout, de rue paisible aux abords d’un immeuble ordinaire, la pluie tombe toujours, sur Paris, ville en deuil, ville qui pleure en silence ses disparus.


Ecrit par parasitemort, à 17:21 dans la rubrique "Drame" - Mise à jour : Dimanche 24 Juillet 2005, 12:35.

Permalien (aucun commentaire )

Elle est seule

Elle est seule, autour d’elle le néant, le vide absolu, pas un murmure pour la rassurer, pas une image pour la faire sourire, pas une caresse pour lui faire comprendre qu’elle vit. Pourtant autour d’elle, les gens se bousculent, lui parlent, lui montrent de belles photographies, posent leur main sur son épaule.
Mais elle n’entend pas, elle ne voit pas, ne sent pas la chaleur qu’ils veulent lui offrir. Elle vit repliée sur elle même, recroquevillée dans un coin, elle pleure, les larmes ruissellent sur son visage, l’espoir s’enfuit peu à peu, laissant place à la mélancolie, personne ne comprend cette fille si jolie, au visage si triste et lointain. Et un jour, même la lassitude disparaît et l’amertume s’installe en elle, blottie près de son cœur froid, on ne voit plus en elle qu’une vieille fille aigrie et mauvaise, qui crache sur le monde ses paroles empoisonnées et venimeuses, mais elle n’entend pas ce qu‘elle dit, elle est toujours dans le froid et l’obscurité,  ne cherche plus la sortie, c’est inutile se dit elle.
Pourquoi a-t-elle tout raté ? Elle n’a jamais rien perdu tout simplement car elle n’a jamais rien eu, pourquoi n’a t-elle pas ouvert les yeux , juste une fois ? Aujourd’hui elle est morte, et personne ne la regrette, elle est morte, mais elle n’a jamais vécu, elle est morte et elle a tué, le jeune homme qui la regardait amoureusement le jour de ses seize ans, qu‘elle a ignoré sans savoir, et qui pour elle s’est pendu un soir de décembre.

Ecrit par parasitemort, à 16:38 dans la rubrique "Drame" - Mise à jour : Samedi 16 Juillet 2005, 14:45.

Permalien (aucun commentaire )

Hell..o

Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Aujourd'hui

Août 2005
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    

Au menu

Blabla


Là-bas

Index des rubriques